Le recyclage à Singapour : anciens bâtiments et terrains pour hôtels de luxe flambant neufs…

Vous l’avez peut-être remarqué en lisant nos billets, les entrepreneurs de Singapour ont la manie de transformer dès que possible leurs vieux mais néanmoins magnifiques bâtiments chargés d’histoires en palaces de luxe.

Pourrait-on imaginer à Paris une telle transformation de quelques uns de nos édifices classés monuments historiques qui ne servent à rien, ou à pas grand chose à part de musée à moitié vide ? Pourrait-on imaginer un Paris Elite Palace dans une partie des Tuileries ou un Grand Hotel Prestige aux Invalides dont une Heritage Gallery vous ferait passer à côté de la tombe de Napoléon entre le restaurant et le centre spa/fitness ? Sûrement pas, ça serait sacrilège. En forçant juste un peu le trait, on pourrait peut-être imaginer de telles choses possibles à Singapour, où l’on est paradoxalement plus attaché aux traditions et aux racines qu’en France.



La première raison à cela est une question de mentalité et d’espace. Singapour s’étendant sur une petite superficie et le souci de préservation de l’environnement étant profondément ancré dans le bon sens local, tout projet qui redonnera vie à un lieu ou édifice sans utilité particulière au lieu de nécessité des opérations de bétonnage sera de base encouragé et applaudi.

La seconde est encore une question de mentalité mais aussi cette fois de rapport pragmatique à la mémoire. Si en France transformer un monument historique en hôtel serait une honteuse et cupide désécration, dans la mentalité chinoise de Singapour, cette désécration n’a pas lieu si le bâtiment est préservé dans son paysage. Le cahier des charges est donc toujours le même dans ce type de projet, l’entrepreneur aménage l’intérieur comme il veut mais il s’engage à scrupuleusement respecter l’apparence extérieure. Le bâtiment est alors d’autant mieux préservé qu’il entame une nouvelle vie !

Le premier hôtel à en quelques sortes inaugurer la tendance fut le plus ancien et plus prestigieux de tous, le Raffles Hotel, qui construisit en 1886 les bungalows de ses 20 chambres sur le premier emplacement de la plus vieille école pour filles d’Asie, la St. Margaret School (fondée en 1842…).

L’imposant General Post Office Building, construit en 1928 à l’emplacement stratégique du Fort Fullerton (qui garda longtemps l’entrée de Singapour…), fut très longtemps le centre de communication de Singapour avec l’extérieur, sa chambre de commerce, son bureau de la marine, ainsi que le club où se rencontraient marchands et hommes d’affaires. Ce symbole de l’histoire et de l’essor économique de Singapour, qui fut jusqu’à l’apparition des grattes-ciels modernes le plus grand bâtiment de la ville, fut rénové entre 1998 et 2000 pour abriter l’Hotel Fullerton Singapore.



Tout autour, la zone du premier et ancien port de la ville, face à la Marina et à l’embouchure de la rivière Singapour, a été totalement refaite pour donner naissance à l’ensemble appelé Fullerton Heritage. Dans un étonnant mélange d’ancien et de moderne, il s’agit de lieux touristiques, culturels et artistiques qui réinterprètent l’histoire de la ville. On y trouve Clifford Square et Clifford Pier (là où arrivaient jadis les immigrants…), la Custom House (ancienne douane maintenant un club huppé…), l’emblématique Merlion Park, le Fullerton Bay Hotel, etc.

Fort Canning fut jusqu’à l’indépendance de Singapour une base importante de l’armée britannique en Asie et un lieu important de son histoire coloniale. Après 1965 l’endroit perdu peu à peu son rôle militaire pour laisser place à des jardins, à des lieux de concert ou de promenade… mis à part un magnifique bâtiment administratif construit en 1926 qui servit encore quelques années à la défense singapourienne. L’édifice demeura inoccupé une vingtaine d’années jusqu’en 1995 date à laquelle il hébergea le Fort Canning Country Club, avant  la rénovation qui aboutira à l’ouverture du luxueux Hotel Fort Canning Singapore

Et s’il n’y a plus de grands bâtiments coloniaux à transformer, la créativité rénovatrice locale s’en prend aux traditionnelles shop-houses de deux étages serrées les unes contre les autres. Ainsi, dans un style très différent au coeur de Chinatown, c’est dans un ensemble de ces ces anciennes échoppes qu’est né en 2004 un cinq étoiles très branché de Singapour, le Scarlett Hotel. Mais où s’arrêteront-ils ?

Laisser un commentaire

Ce site est susceptible d'utiliser des "cookies". Plus d'informations...